Catégories
Matériel

GARMIN Enduro : montre GPS à la très grosse autonomie

Il fut un temps où avoir un GPS qui avait l’autonomie suffisante pour enregistrer un parcours détaillé durant 24 heures était un rêve. Cette époque est révolue, et l’américain GARMIN a récemment ajouté dans son catalogue un modèle offrant 70 heures d’autonomie minimum. Petit tour des spécifications de cette nouvelle GARMIN Enduro.

L’autonomie, point fort de cette Enduro

La GARMIN Enduro est physiquement très proche d’une Fenix 6. Le logiciel embarqué est identique entre les deux montres une fois les dernières mises à jour effectuées. Les différences entre les deux modèles sont que l’Enduro dispose d’une nouvelle architecture électronique plus économe en énergie, et d’une batterie plus imposante. Ces différences permettent à l’Enduro de proposer une autonomie deux fois plus importante qu’une Fenix 6, 70 h pour l’Enduro contre 36 h pour la Fenix (données GARMIN, acquisition GPS toutes les secondes, capteur optique activé et avec le Bluetooth). Mais cela ne s’arrête pas là : cette nouvelle GARMIN Enduro embarque un panneau solaire (Power Glass) permettant d’augmenter l’autonomie de la montre selon les conditions d’ensoleillement. Une exposition de trois heures à un ciel bleu permettrait de faire passer les 70 heures à 80. Il est également possible de modifier les paramètres de la montre pour faire gonfler ces valeurs déjà remarquables, pour obtenir par exemple les autonomies suivantes :

  • montre connectée à un téléphone : 50 jours, 65 avec exposition au soleil
  • montre non connectée : 130 jours, un an avec exposition au soleil
  • montre enregistrant une activité avec le mode d’économie d’énergie : 200 heures, 300 heures avec exposition au soleil
  • montre enregistrant une activité avec le mode expédition : 65 jours, 95 jours avec exposition au soleil

Enfin, le petit truc qui fait plaisir, la montre indique une estimation de l’autonomie restante en fonction des critères choisis, avant de lancer un enregistrement. Un simple coup d’œil permet de savoir si on aura assez de batterie ou si l’on doit changer certains paramètres pour tenir jusqu’au bout.

Fonctionnalités de la GARMIN Enduro

La GARMIN Enduro embarque la même suite de capteurs que la GARMIN Fenix 6. On retrouve donc :

  • un capteur optique au dos de la montre, servant au suivi de la fréquence cardiaque au poignet et du niveau de saturation en oxygène.
  • des antennes GNSS : GPS, GLONASS and GALILEO (pas de constellation QZSS, ni BeiDou)
  • un capteur barométrique, pour une estimation de l’altitude et un suivi météo (alerte orage)
  • une boussole magnétique
  • des gyroscopes et accéléromètres, organisés autour des trois dimensions spatiales
  • un thermomètre

Ces capteurs sont utilisés par le fabricant américain pour nous proposer plusieurs fonctions de suivis d’activité. En nous concentrant sur les sports que l’on couvre sur Montagneur, l’Enduro permet :

  • d’estimer sa VO2 Max durant nos sessions d’entraînement, et nouveauté, même depuis une séance de trail. L’algorithme est en effet maintenant capable de compenser les effets du dénivelé, de l’altitude et de la température extérieure. Il peut également faire le tri pour compenser un terrain difficile ou le port d’un sac à dos.
  • d’anticiper les montées avec la fonctionnalité ClimbPro 2.0, qui permet d’afficher les caractéristiques d’une montée et de nous alerter lorsque l’on en approche. ClimbPro affiche notamment la pente, la distance et le dénivelé devant nous, et fonctionne dorénavant pour les descentes également. Pour en profiter, il faudra néanmoins charger un GPX au préalable depuis le site web ou l’application compatible.
  • de comptabiliser le temps passé aux ravitaillements ou aux pauses avec la fonctionnalité Rest Timer, qui se base sur le principe des tours pour détecter les pauses.
  • de suivre son niveau de récupération, avec une estimation du temps de repos nécessaire entre deux séances d’entraînement, faite à partir de l’intensité des dernières séances, de la qualité du repos et du niveau de stress.
  • d’estimer son état de fraîcheur avec la fonction Body Battery, indiquant son niveau de charge énergétique. À partir de cette donnée, l’Enduro peut proposer des séances d’entraînement pour poursuivre l’entraînement.
  • de suivre son niveau d’acclimatation à l’altitude, à la chaleur, ainsi que la qualité de son sommeil.

Sans oublier les basiques que sont le suivi de son pouls au repos, l’enregistrement de son activité à partir d’un signal GNSS, un compteur de pas, un suivi de la fréquence respiratoire et la possibilité de la coupler à une batterie de capteurs à partir d’une connexion ANT+ et Bluetooth (entre autres). À noter que la montre est compatible avec la gamme InReach de GARMIN, permettant de piloter son InReach depuis la montre (partage de localisation, envoi et lecture de messages, appel SOS). Cette GARMIN Enduro est en soi un des modèles les plus complets sur le marché, en faisant abstraction de l’absence de la cartographie.

Ce qu’on en pense

Il faut compter entre 800 et 900 € pour afficher une Enduro au poignet. Soit un kit ceinture cardiaque + montre à près de 1000 €. Le produit est sexy en soi, mais c’est bien trop cher pour un athlète montagne. Ce nouveau modèle a également du mal à trouver sa place dans le contexte actuel :

  • son principal argument est l’autonomie monstrueuse de plus de 70 heures. C’est la plus grande pour le moment sur le marché, c’est un fait. Mais qui a besoin d’enregistrer une activité aussi longue ? Et qu’en est-il de la fiabilité à réaliser un enregistrement aussi long sans planter ?
  • une GARMIN Fenix 6 Pro Solar propose les mêmes fonctionnalités, une autonomie de plus de 60 heures, la possibilité d’avoir un fond de carte, de lire de la musique, et ce, pour le même prix.
  • Une GARMIN Fenix 6 propose les mêmes fonctionnalités, une autonomie de 36 heures pour 550 €.
  • Une montre d’ancienne génération (prenez la POLAR Vantage V à 350 €), un compte premium TrainingPeaks (100 € annuel), une batterie externe de 10 000 mAh (20 €), un pod pour les fonctions d’analyse de foulée (70 €) couvrent la plupart des fonctionnalités de l’Enduro pour seulement 440 € la première année. Il faudrait garder la montre plus de quatre ans pour que l’Enduro soit plus intéressant qu’un abonnement TrainingPeaks, alors que le temps de renouvèlement est plus proche de 2/3 ans.

On vous conseille donc de passer votre chemin, mais de garder un œil ouvert sur le marché des montres de montagne. Cette nouvelle architecture électronique va sûrement servir à remettre à jour le reste de la gamme du constructeur américain.

Retrouvez notre page wiki sur les montres de montagne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *