Catégories
FKT Techniques de montagne

Comment bien préparer son futur FKT

Certains d’entre nous vont trouver difficile de s’entraîner pour autre chose qu’une course. Et pourtant, ça serait passé à côté des FKTs, qui ont su remettre une couche d’aventure et de plaisirs dans notre communauté de montagnards.

FKT (Fastest Known Time) est l’acronyme utilisé mondialement pour décrire un record (littéralement le temps le plus rapide connu). Ce record peut être pour n’importe quel parcours, pour peu que celui-ci soit considéré comme intéressant pour la communauté outdoor. Les FKT de trail-running et de marche (avec leurs variantes) sont aujourd’hui répertoriés par le site FastestKnownTime.com. Mais il existe également des FKT pour le VTT, l’alpinisme et le ski de randonnée.

Cet article est l’occasion pour nous d’approfondir ceux du trail et de la marche. Nous allons voir les parcours possibles, les quelques règles à respecter, et comment préparer son prochain FKT.

Choisir un parcours

Les concepts de parcours et de FKT sont intimement liés. Choisir son FKT revient finalement à choisir le parcours qui nous intéresse, et voir s’il existe ou s’il est possible d’établir un FKT à date proche. Vous avez alors deux options : créer votre propre parcours sur lequel vous souhaitez créer un FKT, ou chercher dans la base de données un parcours qui vous convient. Dans le premier cas, on vous en dit plus en dessous. Nous allons détailler ici la deuxième option.

Première potentielle difficulté, le site FastestKnownTime.com est en anglais. Le niveau de langue est faible, mais si vous ne parlez pas la langue des brexiters, ça va être moins simple. Une fois sur la page d’accueil du site, cliquez sur l’onglet Routes dans le menu horizontal en haut de la page. Vous allez atterrir sur une page avec une carte bardée de points rouges (les parcours répertoriés), sous laquelle se trouve une liste exhaustive de tous les parcours contenus dans la base. Il ne reste plus qu’à faire le tri par pays (choisir un Country [pays] et cliquer sur Apply). Apparait alors une liste de routes avec leur distance, dénivelé positif et date d’ajout. Une fois que vous avez sélectionné un parcours, vous atterrissez sur la page dédiée qui contient une description (parfois en français), une trace GPX, ainsi que la liste des FKTs. À vous de voir si vous êtes de taille pour battre le record.

Les règles d’éligibilité pour les parcours

Revenons maintenant au cas où vous souhaitez créer un nouveau parcours. Tout est susceptible d’avoir un record, encore faut-il que cela intéresse la communauté. L’équipe derrière la plate-forme a mis en place des règles sur les parcours éligibles pour éviter d’avoir à gérer vos records dans vos escaliers.

  • Le parcours doit être au moins de 5 miles (8,2 kilomètres) ou avec au moins 500 pieds de dénivelé positif (170 mètres) ;
  • le parcours peut être sur route, sentier ou hors sentier ;
  • les disciplines concernées sont la randonnée et la course à pied. Attention cependant, il n’y a pas de catégorie marche ou course : si le coureur va plus vite que le marcheur, lui seul pourra réclamer le record ;
  • d’autres disciplines (vélo, etc.) peuvent être employées durant le record, mais :
    • au moins la moitié du temps écoulé doit être en marchant ou en courant ;
    • sur un parcours déjà identifié par l’équipe, il n’est pas possible d’utiliser d’autres sports que ceux initialement indiqués (par exemple, impossibilité de prendre un vélo sur un parcours existant) ;
    • une corde ne doit pas être utilisé plus de 10 % du temps écoulé, et les cotations supérieures ou égales à 5,8/5a sont considérés comme de l’escalade, pas de la course ou de la marche ;
    • les autres disciplines telles que les raids aventures, les ascensions alpines ou le ski ne sont pas pris en charge par ce site ;
    • les moyens motorisés pour relier des points d’intérêts peuvent être acceptés à la discrétion de l’équipe (si vous enchaînez des sommets espacés par exemple) ;
    • les athlètes doivent se mouvoir par leur propre moyen, sauf sur les sections spécifiées dans la description du parcours.
  • Dans le cas d’une traversée de pays ou de grosse région, seul un parcours sera géré par le site.

Créer son parcours

Si votre parcours respecte les règles précédentes, il va falloir la proposer au site web. Une fois qu’il est validé, alors vous pourrez, dans un second temps, déclarer un record. Il faut garder en tête que ce sont deux processus bien distincts et la validation des deux éléments peut prendre quelques jours pour chacun d’entre eux.

Pour créer une route, vous devez déjà créer un compte sur le site, puis cliquer sur le menu Submit et Route. On va alors vous demander :

  • de fournir une trace GPX ;
  • de remplir la description, en identifiant le point de départ, le point d’arrivée, et en fournissant un maximum d’informations sur le parcours ;
  • de fournir quelques photos pour aider à comprendre de quoi on parle ;
  • d’expliquer dans la description pourquoi vous pensez que le parcours est intéressant.

Toutes ces informations sont à donner de préférence en anglais, mais l’équipe a déclaré qu’il était tout à fait possible d’écrire dans la langue de son choix. Google se chargera du reste.

Enfin, on vous demande si vous souhaitez apporter une contribution au site web. Bien qu’il soit possible de ne rien donner, la pratique courante est de donner 10 dollars par route ou FKT.

Les règles du jeu

Maintenant, parlons un peu fair-play et règles du jeu :

  • un FKT est le temps écoulé entre le point de départ et le point d’arrivée. Les pauses sont alors comptées dans le temps final ;
  • tout le monde peut jouer, mais il vous faudra donner votre nom et prénom (pas de pseudo) et indiquer dans quelle catégorie vous êtes : femme, homme, autre ou équipe mixte. Il n’existe pas de FKT par équipe du même sexe.
  • Il existe trois styles :
    • avec support : vous recevez une aide extérieure, par exemple une équipe s’occupe de vous ravitailler. Cette aide ne doit en revanche pas impacter le fait que vous avancez de vos propres moyens.
    • Autosupporté : vous n’avez aucune aide spécifique (équipe, cache), mais vous pouvez utiliser les magasins, hôtels, camping, qui sont ouverts à tous.
    • autonome : vous ne recevez aucune aide extérieure, il n’y a personne qui vous prend en photo sur le parcours, pas de pacer, etc. Seule la collecte d’eau dans des cours d’eau ou des robinets publics sont autorisés.

Pour justifier son FKT, il va falloir prouver la réalisation de l’activité et le temps avancé. Pour cela, on va vous demander à minima une trace GPX, un petit compte-rendu et des photos de votre aventure (point de départ, point d’arrivée et points intermédiaires).

À noter que le site ne répertorie que le FKT et l’historique de records du parcours. Il n’y a pas de podiums : soit vous êtes le plus rapide, soit vous l’avez été.

Preuve FKT
Photo de pieds au sommet comme preuve de FKT

Préparer son FKT

La préparation d’un FKT va ressembler à celui d’une course. L’avantage ici est que l’on peut essayer de battre le record plusieurs fois dans l’année, sans avoir à payer ou à justifier quoi que ce soit. Cependant, en plus de votre entraînement classique, un FKT va demander un peu plus de logistique qu’une course.

Premièrement, il n’y a pas de ravitaillement établi. Suivant le style que vous avez retenu, vous allez devoir prévoir soit des endroits où votre équipe pourra vous rejoindre, soit identifier les magasins ou restaurants ouverts sur le parcours, soit prévoir aux grammes près ce que vous allez manger. Être autonome est clairement le plus compliqué, surtout sur les parcours longs. Pensez également à identifier les points d’eau pour limiter le poids du sac.

Deuxièmement, il va falloir connaître son matériel sur le bout de ses doigts. Puisque l’on joue contre la montre, il va falloir minimiser la perte de temps lorsque l’on manipule son matériel. Il faut aussi bien le choisir en fonction des conditions du terrain. On pense notamment dans les cas où il y a de la neige ou de la glace. Il faudra alors sûrement prévoir des crampons ,et peut-être un piolet ultraléger suivant la pente.

Enfin, il va falloir prouver son FKT. Plus vous diversifiez les moyens de mesure, et mieux c’est. L’idéal serait d’enregistrer sa trace avec une montre GPS, une application de smartphone et une balise type InReach (surtout pour les longs FKT). N’oubliez pas également de prendre des photos de VOUS sur le parcours et pas uniquement du paysage. Six photos sont un minimum, avec une au moins au départ, et une autre à l’arrivée.

N’oublions pas non plus la règle de courtoisie de la communauté. Si vous comptez vous lancer dans un FKT ou si vous avez battu un FKT, de partager l’information avec la personne que vous avez battu. Au risque de se le voir reprendre dans les semaines suivantes.

Le mot de la fin

Les FKTs ont gagné énormément en popularité avec la pandémie. L’annulation des courses a poussé les athlètes à chercher d’autres défis sur lesquels se faire des dents. La base a depuis bien grandi et il n’est pas rare de trouver un FKT près de chez soi. Cette base permet aussi de trouver des endroits à explorer lorsque l’on est en voyage. N’hésitez pas alors à faire un tour de temps sur le site officiel pour y trouver de l’inspiration.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *