Catégories
Matériel

Futures évolutions pour Galileo

L’agence spatiale européenne a récemment annoncé le développement d’une nouvelle génération de satellites pour son réseau GNSS Galileo. Cette nouvelle génération est très intéressante pour nos outils de navigation et de suivi d’entraînement, puisqu’elle promet :

  • une précision de l’ordre du décimètre (0,1 mètre) ;
  • une réduction du temps nécessaire pour acquérir les signaux ;
  • une réduction de la consommation énergétique de l’antenne ;
  • la possibilité de communiquer entre l’antenne et le satellite.

En gros, que de bonnes nouvelles pour nous autres montagneurs ! En clair, on nous promet par exemple des montres de montagne plus précises, avec une autonomie plus grande et la possibilité de déclencher des opérations de secours, voire d’être prévenus en cas de catastrophes naturelles ! Ça vaut bien le coup d’écrire un rapide article !

Mais c’est quoi Galileo ?

Galileo est le système de positionnement par satellite européen (GNSS), côtoyant l’américain GPS et le russe GLONASS (entre autres). L’Union européenne souhaitait disposer d’un GNSS propre, permettant une autonomie géopolitique, ainsi qu’augmenter les débouchés techniques d’un tel système pour les citoyens européens.

Concrètement, Galileo est la combinaison (à terme) de 30 satellites tournant autour de la Terre à près de 23 kilomètres d’altitude. Sur ces 30, 24 sont actifs et 6 sont gardés au cas de défaillance. Le déploiement de la première génération est toujours en cours, puisqu’à la date d’écriture de cet article, seuls 22 satellites sont opérationnels. Cela n’empêche pas Galileo d’être fonctionnel depuis fin 2016.

Les performances de Galileo sont bien meilleures que la version de base du GPS offert par les Américains. En mode dégradé, Galileo dispose des mêmes performances de précision que le GPS américain (position à +/— 5 mètres, altitude +/ — 35 mètres). Si maintenant le dispositif utilise toutes les fréquences Open Service de Galileo, la précision passe à +/— 4 mètres et +/ — 8 mètres en altitude. Enfin, avec toutes les fréquences de Galileo et en faisant fi des restrictions, la précision peut atteindre 20 cm en position horizontale et 40 cm en altitude.

Galileo est également complémentaire avec le système GPS, les antennes pouvant récupérer les signaux des deux constellations pour plus de précisions, même dans les cas de canyon, réduisant le ciel ouvert au-dessus de l’utilisateur.

La seconde génération

Le déploiement de la seconde génération à partir de 2025 permettra d’augmenter la précision de la constellation de 20 à 10 cm. Outre une précision accrue et une consommation énergétique réduite pour les récepteurs, les nouveaux satellites permettront d’augmenter la robustesse de Galileo en réduisant les contacts nécessaires avec les stations au sol et les risques de brouillage.

Le futur de nos dispositifs sera à plus de précision, puisque Garmin semble travailler à l’intégration d’une antenne permettant de lire les informations GPS sur deux bandes de fréquence au lieu d’une. L’inconvénient cependant du GPS est que la seconde bande de fréquence va demander plus d’énergie et donc moins d’autonomie en batterie.

Enfin, il va falloir attendre un peu, on parle tout de même de 2025.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *