Polaires: couches d'isolation active

Création: 05/07/2020 | Dernière modification: 05/11/2020

La couche d’isolation active, ou polaire pour faire simple, est avec la couche de protection l’une des plus complexes en termes de technologie. La fonction de base de ce type de matériel est de pouvoir réguler le niveau d’humidité de l’air isolant la peau. La couche doit ainsi permettre l’apparition d’une couche d’air isolante autour du corps, et le passage de la vapeur d’eau.

À cette fonction de base vient se greffer des annexes, comme la protection au vent et à la pluie, ou des poches, mais ces compléments viennent dégrader la fonction de base. La couche la plus simple sera généralement la meilleure.

Matériaux

Les fibres synthétiques sont les plus présentes dans le monde de la couche active, beaucoup de polaires embarquant des tissus provenant de POLARTEC, l’inventeur de ces fibres dans les années 1970. Les tissus polaires ont bien évolué depuis et il est loin le temps des polaires qui irritent la peau. Aujourd’hui, les fibres sont tissées de sorte à créer un velours agréable à porter. POLARTEC travaille avec les différents fabricants afin de leur permettre de se différencier sur ce marché très compétitif. On se retrouve donc avec pléthore de tissus aux appellations diverses. Cependant, la tendance actuelle est à augmenter la proportion de matières recyclées dans le produit final.

Une autre fibre également présente est la laine, généralement en mérinos. Plus fragile que la fibre synthétique, elle n’est pas utilisée telle quelle, mais mélangée avec du polyester. Les produits en mérinos sont très agréables à porter, souvent plus légers que leurs homologues synthétiques, mais plus chers à l’achat.

Isolation

L’isolation est créée par la densité du tissu utilisé. Plus le tissu est dense et plus la couche active pourrait créer une couche d’air épaisse et isolante.

  • <100 g/m² = ultralight
  • > 100 g/m² = isolation légère
  • > 200 g/m² = isolation moyenne
  • > 300 g/m² = isolation importante

Cette donnée n’est généralement pas accessible, et une méthode de sélection est de comparer la masse totale des produits. Au moment du choix, il faut alors considérer les conditions dans lesquelles on souhaite utiliser la polaire/collants. Si on cherche une polaire polyvalente, une masse entre 300 et 400 grammes est un bon compromis.

Respirabilité

La respirabilité est antagoniste avec l’isolation. Plus le tissu est dense, et moins il laissera la vapeur d’eau passée. D’où l’intérêt de disposer d’une matière qui sèche rapidement comme le mérinos et les fibres synthétiques.

Les fabricants utilisent parfois des zips latéraux ou sous les aisselles pour créer des puits d’évacuation, ainsi qu’un zip frontal pour dégager un maximum de vapeur. Une autre méthode pour augmenter la respirabilité d’un produit est d’utiliser la technique du body mapping, consistant à varier les tissus ou les épaisseurs sur la polaire.

Néanmoins, il est dommage que les fabricants n’indiquent pas le niveau de respirabilité avec l’unité utilisée pour les couches de protection (en g/m²/24 h) pour aider à la comparaison.

Coupe

On va se concentrer ici sur les pulls polaires. Ils peuvent être à manches courtes ou à manches longues suivant les besoins. Il est par ailleurs recommandé d’empiler les polaires, plutôt que de partir sur un équipement lourd dès le départ, et donc peu polyvalent. Il est essentiel de s’assurer que la polaire est compatible avec ses premières couches, et protège bien l’ensemble du torse, avec un dos et des manches suffisamment longs.

La présence d’un grand zip permet de maîtriser plus ou moins la ventilation du torse (ouvert en grand sous effort, fermé au repos), mais les zips latéraux créent souvent des zones de frottement et sont donc à éviter. La présence d’une capuche est un plus appréciable, à condition que l’on puisse la passer au-dessus d’un casque pour plus de polyvalence. Des passes pouces au bout des manches sont également un atout surtout lorsque l’on enfile plusieurs couches (les manches restent en place).

Des poches peuvent être utilisées, mais je recommande d’en limiter le nombre, une seule à la poitrine étant bien suffisante pour stocker temporairement une boussole ou un bout de papier.

Confort

D’un point de vue du confort, l’essentiel est d’avoir un produit qui ne vous compresse pas et qui vous autorisent une grande liberté de mouvement.