Montagneur

Le Wikipedia des sports de montagne
Montagneur Montagneur 101 Matériel Montres de montagne et ceintures cardiaques

Montres de montagne et ceintures cardiaques

Création: 11/07/2020 | Dernière modification: 11/10/2021

nouvelle suunto 9 peak

La montagne est un milieu reculé, loin de la civilisation. La dépendance aux appareils électroniques y est plus que problématique. Ils peuvent d’une part tomber en panne, nécessitent de l’énergie électrique pour fonctionner et demandent le plus souvent une connexion internet pour en tirer le plein potentiel. Néanmoins, les progrès effectués en termes de batterie et de robustesse leur permettent de trouver une place dans nos équipements, et les fonctionnalités offertes sont un vrai plus sur le terrain pour augmenter sa sécurité et ses performances. Revue de détail du matériel intéressant dans nos paquetages.

Les montres de montagne

Généralités

Les montres offrent un moyen confortable de disposer rapidement de données utiles, celles de base étant l’heure, l’altitude et la pression atmosphérique. Les modèles actuels offrent également la mesure de sa position GNSS (et tous les calculs à partir de cette donnée), son rythme cardiaque et sa saturation en oxygène (entre autres).

Il est difficile aujourd’hui de se passer de ces montres intelligentes si l’on souhaite être un montagnard performant. Premièrement, elle est une partie importante de la navigation. La position GNSS permet de se localiser, suivre sa progression, calculer sa vitesse, suivre un parcours enregistré, revenir sur ses pas, etc. Deuxièmement, elle permet de surveiller sa condition physique et la qualité de son entraînement lorsqu’elle est couplée à une ceinture cardiaque. Tout ceci consomme néanmoins de la batterie et sa facilité d’usage peut donner une fausse confiance en sa fiabilité : elle fonctionne quasi tout le temps, sauf au moment où l’on en a vitalement besoin.

D’un point de vue du budget, on ne veut pas le cacher, ça pique sévère. Les modèles intéressants sont en effet dans les montres haut de gamme des fabricants. Ceci est dû essentiellement au besoin de batterie, de protection (verre saphir) et de tous les gadgets que les fabricants rajoutent pour faire gonfler la note. Ne soyez pas surpris d’avoir à investir près de 500 euros pour un kit montre + ceinture cardiaque…

Certains smartphones peuvent tout à fait remplacer les montres, offrant l’avantage d’une batterie monstrueuse en mode avion. Mais ils sont moins pratiques à utiliser et plus sensibles à la chute. Son utilisation sur le terrain par des professionnels est également problématique, renvoyant une image d’amateurisme auprès des clients. Les données de localisation peuvent être également moins précises que certaines montres GPS.

Record d'ascension sur Cerro La Paloma

Notre cahier des charges

Bien que les montres intelligentes regorgent de fonctions, il est possible de se limiter à certaines d’entre elles pour faire de la montagne avec un focus de performance. Le cahier des charges à respecter pour équiper un athlète montagne est selon nous :

  • l’acquisition de signaux GNSS, notamment GPS ou Galileo (attention aux bracelets métalliques qui réduisent la précision de la mesure) ;
  • un baromètre ;
  • une boussole électronique ;
  • une batterie offrant à minima 24 heures d’autonomie lors d’un enregistrement de sa position (en pleine résolution) ;
  • une connexion Bluetooth ou ANT+ pour coupler d’autres capteurs ;
  • la possibilité de faire de la navigation depuis la montre : import et suivi d’un tracé GPS, retour au point de départ, enregistrement et recherche de point d’intérêts, affichage des coordonnées du point actuel.

D’autres fonctionnalités intéressantes, mais pas indispensables sont :

  • un capteur optique pour mesurer la saturation en oxygène du sang
  • un verre saphir, surtout pour les grimpeurs
  • des fonctions de mesures cardiaques avancées (variabilité cardiaque)
  • des fonctions d’analyse de foulées

Petit aparté : l’absence d’altimètre pourrait sembler étrange. Elle est néanmoins bien présente. Pour mesurer l’altitude, il existe deux méthodes : le capteur barométrique (la pression de l’air diminue avec l’altitude) et la mesure GNSS. Le plus précis est la mesure de pression, de l’ordre du mètre dans des conditions optimales. La précision dans le cas du GNSS est +/— 25 mètres. En revanche, la pression de l’air ne varie pas seulement avec l’altitude, mais aussi avec l’évolution de la météo, faussant alors l’estimation d’altitude. La meilleure solution reste la combinaison des deux mesures. Sur les modèles les mieux dotés, les équipementiers fusionnent les deux signaux afin d’augmenter la précision de la mesure d’altitude, et avertir l’utilisateur lorsque le gros temps arrive (chute de la pression à altitude GPS constante).

L'offre actuelle

L’offre actuelle des montres répondant à ce cahier des charges est dans les mains de quelques acteurs, à savoir Garmin, Polar, Suunto et Coros. Avant de faire un listage complet des modèles en vente, nous vous donnons nos recommandations selon vos affinités :

  • Aucune limite de budget: Garmin Fenix 6X Pro Solar
  • Un bon compromis pour optimiser son entraînement quotidien: Polar Grit X Pro
  • Pour l’autonomie et la précision : Coros Vertix 2
  • Pour débuter sans se ruiner: Coros Apex
Fenix 6 Pro Solar
Garmin Fenix 6X Pro Solar
Polar Grit X Pro, le bon compromis
Polar Grit X Pro
Le choix de l'autonomie et de la précision
Coros Vertix 2
Coros Apex
COROS Apex

À la dernière date d’édition, les modèles vendus officiellement par les équipementiers et répondants à notre cahier des charges sont :

  • Polar Grit X : 430 €, 40 heures d’autonomie ;
  • Polar Grit X Pro: 500€, 40 heures d’autonomie;
  • Polar Vantage V2 : 500 €, 40 heures d’autonomie ;
  • Suunto 9 Baro : 480 €, 25 heures d’autonomie ;
  • Suunto 9 Peak : 570 €, 25 heures d’autonomie ;
  • Garmin Enduro : à partir de 800 €, 70 heures d’autonomie ;
  • Garmin fēnix 6X Pro : à partir de 700 €, 60 heures d’autonomie ;
  • Garmin fēnix 6 Pro : à partir de 650 €, 36 heures d’autonomie ;
  • Garmin fēnix 6 : à partir de 550 €, 36 heures d’autonomie
  • Garmin fēnix 6S : à partir de 550 €, 36 heures d’autonomie ;
  • Garmin Forerunner 945 : 550 €, 36 heures d’autonomie ;
  • Garmin Forerunner 945 LTE: 650 €, 35 heures d’autonomie;
  • Garmin tactix Delta : 900 €, 60 heures d’autonomie ;
  • Garmin Instinct Solar : 350 €, 30 heures d’autonomie ;
  • Coros Vertix : 600 €, 60 heures d’autonomie ;
  • Coros Vertix 2: 700€, 140 heures d’autonomie;
  • Coros Apex : 300 €, 25 heures d’autonomie ;
  • Coros Apex Pro : 400 €, 40 heures d’autonomie ;
  • Wahoo Rival, 380€, 24 heures d’autonomie.

Cardiofréquencemètres

Le cardiofréquencemètre est un appareil permettant de mesurer sa fréquence cardiaque durant un effort. Il se présente soit sous la forme d’une ceinture pectorale (mesure d’électrocardiogrammes en continu), soit sous la forme d’un capteur optique (mesure du flux sanguin par réflexion de lumière). Bien que plus facile de mise en œuvre, les capteurs optiques n’offrent pas la même précision sur toute la plage de mesure. En revanche, ce capteur permet une mesure de la saturation du sang en oxygène.

Test de la ceinture cardiaque Polar H10

Un peu de technique

Le cardiofréquencemètre est un appareil permettant de mesurer sa fréquence cardiaque durant un effort. Il se présente soit sous la forme d’une ceinture pectorale (mesure d’électrocardiogrammes en continu), soit sous la forme d’un capteur optique (mesure du flux sanguin par réflexion de lumière). Bien que plus facile de mise en œuvre, les capteurs optiques n’offrent pas la même précision sur toute la plage de mesure. En revanche, ce capteur permet une mesure de la saturation du sang en oxygène.

Un électrocardiogramme est un test qui étudie le fonctionnement du cœur en mesurant son activité électrique. À chaque battement cardiaque, une impulsion électrique traverse le cœur, impulsion que vont détecter les électrodes de la ceinture (via une différence de potentiel entre côtés droit et gauche du torse). La qualité de la mesure dépend fortement de la qualité du contact entre l’électrode et la peau. Il faut le plus souvent éviter les obstacles (tatouage, poil…) et humidifier le contact pour augmenter la transmission du signal électrique.

La mesure optique est basée sur la réfraction des couches superficielles de la peau. Le capteur optique situé généralement sous la montre éclaire l’intérieur du poignet de l’utilisateur à l’aide de LED, et mesure la lumière dispersée par le flux sanguin. La lumière pénétrant la peau va se disperser d’une manière prévisible en fonction des changements dans la dynamique du flux sanguin, permettant ainsi l’estimation du rythme cardiaque. L’exactitude de la mesure optique de la fréquence est néanmoins influencée par un certain nombre de facteurs, dont la pigmentation de la peau. Pour réduire l’incertitude de mesures, les fabricants utilisent des LED de plusieurs couleurs. Cependant, les mesures les plus fiables restent 90 % du temps à plus ou moins 5 % des mesures via électrocardiogrammes.

Transmissions et accessoires

Autre point à prendre en compte est la transmission des données. Certaines ceintures enregistrent un historique de fréquences cardiaques, mais dans tous les cas, une transmission doit avoir lieu pour analyses. Aujourd’hui, deux technologies de transmission existent, basées sur un Bluetooth basse énergie, et un standard ANT+. Certaines ceintures transmettent également par radiofréquence (5 kHz) et par wifi (gourmand en énergie). Attention donc aux compatibilités entre votre montre et votre ceinture : pour cela, il suffit de vérifier si les deux appareils disposent des mêmes standards (généralement Bluetooth ou ANT+).

Certaines ceintures embarquent également des accéléromètres, permettant d’estimer l’oscillation verticale et le temps de contact de vos pieds avec le sol pendant l’effort. D’autres permettent des analyses cardiaques avancées. Dans les deux cas, il s’agit de protocoles propres à une marque, qui ne fonctionneront que si la montre et la ceinture sont de la même entreprise.

L'offre actuelle

Les modèles de ceinture cardiaque sur le marché sont :

  • Polar H10 (Bluetooth & ANT+) — testé ici — 90 €
  • Polar H9 (Bluetooth & ANT+) — 60 €
  • Polar Verity Sense (Bluetooth & ANT+), qui remplace le OH1 — 90 €
  • Suunto Smart Sensor (Bluetooth) – €80
  • Wahoo Trickr (Bluetooth & ANT+) – €50
  • Wahoo Trickr X (Bluetooth & ANT+) – €80
  • Wahoo Trickr Fit (Bluetooth & ANT+) – €80
  • Garmin HRM-Dual (Bluetooth & ANT+) – €70
  • Garmin HRM-Tri (Bluetooth & ANT+) – €130
  • Garmin HRM-Run (Bluetooth & ANT+) – €100
  • Garmin HRM-Pro (Bluetooth & ANT+) – €130